Etude thermique logements collectifs

Le bureau d'études AXONE intervient dans la réalisation d'études thermiques réglementaires de logements collectifs.

 

AXONE participe aussi aux études de conception de logements collectifs pour les lots techniques (chauffage, Ventilation, Climatisation, Plomberie et Electricité).

 

Logements collectifs RT 2012


Les exigences minimales définies par la RT 2012 pour les constructions neuves concernant les bâtiments à usage d'habitation sont les suivantes :

 

Le besoin bioclimatique conventionnel Bbio inférieur ou égal à Bbio maxmoyen

Bbio = Bbio maxmoyen x (Mbgéo + Mbalt + Mbsurf)

 

Le seuil de ce coefficient est modulée en fonction du type de bâtiment, de sa catégorie (bâtiment non climatisé : CE1 ou climatisé : CE2), de l'altitude et selon les zones géoclimatiques.

 

Une consommation en énergie primaire inférieure ou égale à 50 kWh/(m² SHON RT .an)

Cep max = 57,5 x Mctype x (Mcgéo + Mcalt + Mcsurf + McGES)

 

Ce seuil de consommation est modulée en fonction du type de bâtiment, de sa catégorie (bâtiment non climatisé : CE1 ou climatisé : CE2), de l'altitude et selon les zones géoclimatiques.

 

 

Au même titre que la RT 2005, le calcul de la consommation en énergie primaire en RT 2012 prend en considération les consommations finales :

  • de chauffage,
  • de production d'eau chaude sanitaire,
  • des auxiliaires de ventilation et de chauffage,
  • d'éclairage,
  • de climatisation.

 

Voir Relation entre énergies primaires et énergies finales

Voir Calcul de la SHON RT d'un immeuble d'habitation

 

Une température intérieure conventionnelle Tic inférieure ou égale à la température intérieure conventionnelle de référence Tic réf


Définition température intérieure conventionnelle
La température intérieure conventionnelle atteinte en saison estivale est notée "Tic". C'est la valeur maximale horaire en période d'occupation de la température opérative du projet étudié.

 

En résumé, la température intérieure conventionnelle correspond à la température atteinte un jour chaud d’été. Elle permet d'obtenir une première approche d'un point de vue du confort d’été et des surchauffes éventuelles.

 

Une enveloppe permettant d'atteindre un niveau de fuite à l'air inférieur ou égal à 1 m3/(h.m²) sous 4 Pa


Les liaisons entre les éléments de la construction entrainent des entrées d'air parasites qui peuvent augmenter le renouvellement de l'air.

 

Une étanchéité à l'air insuffisante entraine :

  • une sur-consommations d'énergie de chauffage pour compenser les déperditions dues aux entrées d'air parasites,
  • une baisse des rendements de l'échangeur de chaleur dans le cas d'une installation de ventilation double flux avec récupération de chaleur,
  • des sensations d'inconfort thermique liées aux déplacements d'air et aux températures hétérogènes,
  • une détérioration de la qualité de l'air. L'air parasite, qui transite dans les parois, se chargent en polluants (poussières, moisissures,.. ), puis s'introduit dans l'habitat.

D'autre part, les problèmes d'étanchéité d'une maison provoquent une détérioration de l'affaiblissement acoustique par rapport aux bruits extérieurs.

 

Logements collectifs BBC


Un immeuble de logements basse consommation énergétique ou logements BBC est un bâtiment dont les performances énergétiques permettent l'obtention du label BBC Effinergie, décerné aux constructions neuves respectant les conditions suivantes :

 

Une consommation en énergie primaire inférieure ou égale à 50 kWh/(m² SHON RT .an)


Ce seuil de consommation est modulé en fonction de l'altitude et de la proximité à la mer selon les zones géoclimatiques suivantes :

 

Dans le cadre du label BBC Effinergie, le calcul de la consommation en énergie primaire prend en considération les consommations finales :

  • de chauffage,
  • de production d'eau chaude sanitaire,
  • des auxiliaires de ventilation et de chauffage,
  • d'éclairage,
  • de climatisation.

Elle ne comprend donc pas les autres usages de l’électricité (notamment pour l’électroménager, et l’audiovisuel.) qui représentent à eux seuls plus de 50 kWhep/m².an de consommation complémentaire.